Video Ballon d’or/ France Football pour la 5e fois: Cristiano Ronaldo rejoint Messi

Le Portugais a logiquement été récompensé de son exceptionnelle saison 2016-2017. Il rejoint au panthéon son éternel rival, l’Argentin Lionel Messi.

Cristiano Ronaldo et Lionel Messi ne se quittent plus. Le Portugais, auteur d’une saison 2016-2017 phénoménale avec le Real Madrid, a sans surprise remporté jeudi soir son cinquième Ballon d’Or dans le cadre majestueux de la Tour Eiffel, à Paris, égalant au passage son grand rival argentin. La star madrilène a encore une fois devancé Messi, deuxième, loin devant le troisième homme, Neymar, le Brésilien du PSG. Tant pis pour le suspense, tant ces deux « extra-terrestres » évoluent sur une autre planète et regardent de très, très loin la concurrence. Mais à force de banaliser les sacres de ces deux géants, on en oublierait presque l’essentiel : chaque année, depuis dix ans, Cristiano Ronaldo et Lionel Messi écrivent l’Histoire et appartiennent, déjà, à la légende du sport.

Ronaldo, un appétit d’ogre. Depuis 2008, date de leur prise de pouvoir au sommet du foot mondial, les exploits du duo dessinent une rivalité à nulle autre pareille. Compétiteurs acharnés, chasseurs de buts insatiables, Cristiano Ronaldo et Lionel Messi ne sont toujours pas rassasiés, même la trentaine passée (32 ans pour le Portugais, 30 ans pour l’Argentin). Cette saison, CR7 a tout dévoré avec le Real Madrid, ne laissant que des miettes au Barcelonais. D’abord en Espagne, terre bénie de leur folle rivalité, où les Madrilènes ont enfin remporté la Liga, après cinq ans d’attente. Mais surtout en Europe, avec une deuxième Ligue des champions consécutive, un exploit inédit depuis le grand Milan d’Arrigo Sacchi en 1989-1990.

Car dans le foot moderne, la plus grande compétition de clubs est le juge de paix, et cette saison n’a pas fait exception. Cristiano Ronaldo, porté par ses performances stratosphériques en C1 (meilleur buteur avec 12 réalisations, devant… Messi, 11), n’avait pas de rival cette année. Pas le Barça de Messi en tout cas, éliminé en quarts de finale par la Juventus Turin (0-3, 0-0). Et, comme un signe du destin, cette même Juve n’a pas fait le poids face au Real, intouchable en finale (victoire 4-1) et porté par un doublé de… Cristiano Ronaldo, évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *