Trump met en garde la Syrie et ses alliés contre une offensive sur la province d’Idleb

Le président américain alerte sur le risque d’une «grave erreur humanitaire», à l’approche d’une intervention militaire contre Idleb. «La situation à Idleb continue de rester un objet de préoccupation particulière pour Moscou, Damas, Ankara et Téhéran», a répondu mardi le porte-parole du Kremlin.

L’attaque contre la dernière province de Syrie échappant au contrôle de Damas semble imminente. Le gouvernement d’Assad masse depuis plusieurs semaines ses troupes aux abords d’Idleb, située dans le nord-ouest de la Syrie, à la frontière avec la Turquie. Mais une telle opération risque de provoquer une «tragédie humanitaire», a jugé mardi Donald Trump. «Le président de la Syrie Bachar el-Assad ne doit pas attaquer imprudemment la province d’Idleb. Les Russes et les Iraniens commettraient une grave erreur humanitaire en prenant part à cette potentielle tragédie humaine», a tweeté Donald Trump. «Des centaines de milliers de personnes pourraient être tuées. Ne laissons pas cela se produire!», a-t-il ajouté.

L’avertissement de Washington n’a pas empêché une nouvelle intervention militaire de la Russie, qui a bombardé mardi «plusieurs zones» d’Idleb «après une pause de 22 jours», delon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Ces raids interviennent «au lendemain des frappes rebelles contre des positions des forces du régime dans la province voisine de Lattaquié qui ont fait trois morts», a précisé le président de l’organisme, Abdel Rahmane.

LeFigaro