En tournée à Kolda Idrissa Seck fait « son bilan » du regime

En tournée « Orange » à Kolda, Idrissa Seck s’est encore amusé de l’image de Macky Sall dont la vision, dit-il, ne dépasse pas Diamniadio. Campagne agricole, couverture maladie universelle, croissance, etc, le leader de Rewmi « caricature » la politique conduite par l’exécutif.

« Une campagne agricole en difficulté »

« Même si le gouvernement fait dans la mascarade en parlant de millions de tonnes tout le monde sait que ce n’est pas vrai », lance Idrissa Seck repris par L’Observateur. Pour qui, les chiffres annoncés ne reflètent pas la réalité. « Partout où je suis passé, c’est la même complainte. Les paysans sont fatigués. Ils n’ont pas accès à des semences de qualité, une situation due à la faible situation production des semences de base et pré-base par l’Isra. Il y a l’histoire des faux semenciers à qui le gouvernement fait commande pour distribuer des semences qui n’existent pas», révèle-t-il.

« Vous conviendrez avec moi qu’il y a problème. A tous les niveaux de la campagne agricole, il a des difficultés ».

« La Cmu, un simple slogan »

Après l’agriculture, Idrissa Seck a touché du doigt le problème de la Couverture maladie universelle (Cmu), qui pour lui n’est qu’un slogan creux. « Ce que les populations disent c’est que la Cmu est un simple vœu pieu du gouvernement. Parce que quand elles vont dans les structures de santé, elles font beaucoup d’effort, la case ou le poste de santé le proche se trouvant souvent à des dizaines de kilomètres de là où elles habitent. Et après tous ces efforts à bord de charrettes, mobylettes ou même parfois à dos d’âne, on leur refuse les prestations, l’Etat n’ayant pas payé sa dette aux structures de santé. La preuve : les mutuelles tombent en faillite, en cascade. C’est la vérité », souligne-t-il.

« Une croissance que les Sénégalais ne perçoivent pas »

Malgré le taux de croissance de 6, 7% annoncé par le gouvernement, les populations continuent à souffrir, constate l’ancien Premier ministre. « Je ne dis pas que c’est mauvais. Malgré ce niveau de croissance, su les populations continuent à souffrir c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Il y a une explication ». Et Idrissa Seck croit savoir. « C’est très compréhensible : si vous prenez la structure de l’Economie, les Sénégalais sont majoritairement dans un secteur qui ne concerne que les 15% du Pib. Ils sont pour la plupart, absents des secteurs dominés par d’autres, comme par exemple la téléphonie, les banques, les assurances qui pèsent 61 ou 63% du Pib. Donc, c’est très logique. Et même s’il y a 10 FCFA de retombées, la majorité des Sénégalais ne bénéficieraient pour l’essentiel que de 1, 5%. Malheureusement, ce régime se glorifie de chiffres que l’on ne peut pas percevoir ».