Tanor sacrifie le PS sur l’autel de ses intérêts

L’exclusion de Khalifa Sall et ses souteneurs est révélatrice du manque de démocratie qui prévaut dans quasiment tous les partis politiques du Sénégal.

Pour avoir clairement refusé d’être à la remorque de l’Apr, tel que souhaité par Ousmane Tanor Dieng, en perspective de la prochaine élection présidentielle, le patron des verts a tout simplement jeté par-dessus bord du navire socialiste 64 militants dont Khalifa Sall, Aïssata Tall Sall, Bamba Fall, Barthélemy Dias, Moussa Taye, Aminata Diallo, Idrissa Diallo, pour ne citer que ceux-là. Une situation qui traduit, d’une certaine manière, un manque criard de démocratie qui n’est que la confrontation libre des idées.

Pour les désormais « ex-socialistes », il est impensable de se contenter de miettes si l’on peut tout avoir. Ambition d’autant plus légitime que leur formation politique, qui est l’une des plus anciennes, a joué les grands rôles dans ce pays en ayant capitalisé 40 ans de règne.

Senbusinet avec Actunet