Sonatel:Ces mystères qui entourent la nomination de Sekou Konan Dramé

La Sonatel aura sous peu un nouveau directeur général. Alioune Ndiaye, qui occupe jusque-là ce juteux poste, est annoncé sur le départ. Son remplaçant, Sékou Konan Dramé, diplômé de l’école nationale supérieure des télécommunications de Paris, est l’actuel patron de Orange Sierra Léone. Mais, des grincements de dents sont déjà signalés au niveau de la Vdn qui abrite le siège de la Sonatel.

L’information est balancée, selon une bonne vieille méthode déjà éprouvée, à l’emporte-pièce. Subrepticement. Comme un ballon de sonde. Histoire d’avoir un feedback. En langage décodé, la Sonatel devrait bientôt avoir un nouveau Directeur général.

Alioune Ndiaye, qui occupe le poste depuis le 20 septembre 2012, en provenance d’Orange Mali qu’il dirigeait, est annoncé sur le départ. Sur les raisons de ce changement, il appert que M. Ndiaye, qui n’est pourtant âgé que de 57 ans, devrait faire valoir ses droits à une pension de retraite. Ce qui, aux yeux de beaucoup d’observateurs, soulève des mystères. D’autant plus que l’âge de la retraite est fixée à 60 au Sénégal. Toutefois, signale une source syndicale, il y à la Sonatel un mécanisme qui permet aux agent qui en manifestent le désir daller à la retraite à 53 ans. Quant à Alioune Ndiaye, il devrait être «recyclé», comme son prédécesseur Cheikh Tidiane Mbaye, au sein du groupe Sonatel. Pour ce qui est de son remplaçant, les déclarations vont train. Mais une source sûre et bien placée assure que le nom du prochain patron de la Sonatel est déjà retenu. Mais, dores et déjà, des grincements de dents sont déjà signalés à l’interne, notamment au niveau des cadres qui ne comprennent pas quon leur «parachute encore» un Directeur général. En effet, les cadres sur place ruminent mal leur colère dêtre laissés, à nouveau, sur le carreau quand il sagit de choisir un Directeur général. Ce qui est, à dire vrai, un abus de langage.

«Un Dg à l’Adn Sonatel»

En effet, celui qui est pressenti, en l’occurrence Sékou Konan Dramé, a fait une bonne partie de sa carrière à la Sonatel. En 1996 déjà, il est consultant à l’élaboration du Plan stratégique de Sonatel qui s’est étalé de 1997 à 2002. Nommé Directeur général de la filiale de Orange Sierra Leone en juillet 2016, le successeur de Alioune Ndiaye fut Directeur général de Sonatel Business Solutions et Directeur des entreprises. Un poste éminemment stratégique Poste qu’il occupait depuis juin 2014. La quarantaine bien sonnée, ce fils dun ancien responsable du Parti socialiste (Ps) est diplômé de l’école nationale supérieure des télécommunications de Paris. Il va ensuite gravir bien des échelons, y compris dans la sous-région. De janvier 2012 à juin 2014, il est le Directeur général adjoint d’Orange Mali, sous Alioune Ndiaye, en même temps que Directeur des Services aux Entreprises et opérateurs. Entre 2008 et 2012, il va gérer, tour à tour, la direction du Pôle Opérations et maintenance des Réseaux de Sonatel et le Pôle Exploitation des Réseaux et du système informatique. C’est donc ce Sénégalais, reconnu dans le milieu comme très compétent, qui va piloter, dans les jours à venir, la Sonatel. Malgré son «Adn Sonatel», pour paraphraser un fin connaisseur du secteur des télécoms, Sékou Konan Dramé, un homme du sérail à l’expérience avérée, devra sattendre, en dépit de ses honorables états de service, à un accueil glacial. Pour ne pas dire une levée de boucliers de la part des cadres nichés au siège de la Sonatel sur la VDN

Ces chantiers qui attendent le nouveau Dg

Le successeur de Alioune Ndiaye à la tête de la Sonatel aura du pain sur la planche. Entre des syndicalistes qui n’ont pas encore totalement levé le pied sur l’externalisation de certains de leurs camarades, le dossier toujours en jachère concernant les négociations avec lÉtat du Sénégal au sujet du capital, il y a fort à parier que Sékou Konan Dramé sera en terrain miné. Avec un chiffre d’affaires consolidé qui s’établit à 483,6 milliards de Fcfa sur la première moitié de l’exercice 2017, le Groupe Sonatel fait, de plus en plus, à une concurrence plus que rude. Il s’y ajoute les cris dorfraie des nombreuses associations de consommateurs qui ne cessent de dénoncer, urbi et orbi, la qualité de son service qui laisse, parfois, à désirer et les prix prohibitifs quelle applique à ses millions de clients. Opérateur historique du Sénégal qui propose des solutions globales de télécommunications dans les domaines du fixe, du mobile, de l’Internet, de la télévision et des données au service des particuliers et des entreprises, le Groupe Sonatel est installé au Mali, en Guinée Conakry, Guinée Bissau et en Sierra Léone. Et, selon des sources dignes de foi, la Sonatel entend poursuivre ses efforts d’investissement afin d’accroître la couverture dans tous les pays et accélérer la transition du réseau vers les services du futur. Cette politique sera accentuée pour continuer d’offrir une expérience unique à ses clients et pour mieux soutenir sa dynamique de conquête et son leadership dans tous les pays de présence. C’est ainsi que le groupe entend renforcer ses investissements et dynamiser ses actions autour de la Donnée Mobile, des services à valeur ajoutée, des services financiers mobile et des services aux entreprises et aux États. Le nouveau Datacenter du Sénégal (le plus grand d’Afrique de l’Ouest), inauguré en juin 2017, devrait jouer un rôle moteur dans cette stratégie. Le déploiement de la 4G va se poursuivre au Sénégal et en Guinée Bissau tandis que les discussions sont en cours de finalisation sur la 4g et le renouvellement de la Concession au Mali. C’est ainsi que le Groupe Sonatel entend renforcer ses investissements et dynamiser ses actions autour de la Donnée Mobile, des services à valeur ajoutée et des services financiers mobiles, à travers notamment la poursuite du déploiement de la 4G par la couverture progressive des capitales régionales en Guinée Bissau, au Sénégal et au Mali et sa politique d’acquisition de licence 4g en Guinée et en Sierra Léone. Papa Souleymane KANDJI

Senbusinet avec 24heures