Senegal/FMI:Comment Macky Sall a réussi à sauver La Poste d’une privatisation sauvage

En parcourant le rapport de la 5ème revue de «l’instrument de Soutien de la Politique Économique» (ISPE) du FMI sur le Sénégal,rendu publique en ce début d’année,la situation de la SN La Poste a particulièrement retenu  l’attention…

La principale information qui découle de ce rapport c’est la dette de La Poste vis à vis du trésor public qui a été réglée par le ministère des finances.

Pour cause le président Macky Sall s’oppose avec véhémence à une privatisation sauvage de l’entreprise telle que prônée par les institutions financières…

Pour rappel,dans le cadre de sa dernière mission,le FMI avait indexé la dette publique qui risquait de plomber les efforts entrepris par le gouvernement  pour assainir les finances publiques.

Un certain nombre d’entreprises dont La Poste ont été indexées et qualifiées de « goulots d’étranglements. De fortes mesures de redressement ont aussi été recommandées par le FMI.

Pour La Poste,le FMI et le gouvernement se sont mis d’accord pour aller dans le sens de la privatisation. Mais c’est sur la forme que les deux parties avaient des différences d’option.

S’appuyant sur la nécessité d’alléger la dette publique,le FMI,semblait plus s’orienter vers une privatisation sauvage étant convaincu que le déficit de La Poste ( structurel) ne pouvait aucunement continuer à être supporté par les finances publiques.

Et, c’est le lieu de saluer la position fortement courageuse du président Macky Sall qui n’a pas voulu lâcher les postiers,au contraire.

Selon le FMI dans son dernier rapport  en question [Sic..] Au cours des dernières années, la nécessité de financer les opérations de La Poste et de la Caisse de retraite de la fonction publique ainsi que la non-utilisation des affectations de budgets précédents ont exigé des fonds supplémentaires au-delà du montant nécessaire au financement du déficit budgétaire.

Les efforts initiaux visant à réduire les besoins de financement du secteur public se sont attachés à limiter la mise en œuvre et le financement de projets pluriannuels en 2017, mais le pays a besoin de réformes plus profondes,la dette progresse plus vite que ne l’indique le déficit budgétaire global,car le Trésor a financé les déficits de La Poste et de la Caisse de retraite de la fonction publique ainsi que des dépenses des affectations budgétaires des exercices précédents

Toujours selon ledit rapport [sic…] Les autorités s’engagent à identifier le déficit structurel de La Poste et à réévaluer la subvention qu’elle reçoit dans le budget et séparer La Poste de PosteFinances ( fin)

Il faut noter que malgré le trésor public qui a « comblé » le déficit du Groupe La  Poste, les Institutions de Bretton Woods continuent à accentuer leur pression pour, certainement une privatisation sauvage de l’institution.

Une décision,à laquelle le Président Macky Sall a manifesté une opposition radicale en privilégiant l’option de la séparation de la filiale Postefinances du groupe la poste.

Mieux,le président de la république Macky Sall,opte pour la mise en place d’une banque postale qui restera dans le giron de La Poste. Une éventuelle privatisation de la poste risquerait de créer une suppression considérable d’emplois chez les travailleurs, ce que le chef de l’État ne tenait surtout pas à valider

Même si le FMI dans un premier temps avait marqué une certaine prudence, la dernière mission effectuée au courant du mois de juin s’est félicité des avancées significatives notées pour ce qui est du règlement du déficit structurel de la Poste

Nous vous livrons une partie du communiqué de presse

« Le Sénégal continue de gérer sa dette prudemment. Une équipe des services du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par M. Michel Lazare, a séjourné à Dakar du 26 avril au 11 mai 2018 pour mener des entretiens dans le cadre de la sixième revue de l’accord avec le FMI au titre de l’instrument de Soutien à la Politique Economique (ISPE) qui a été approuvé en juin 2015. À l’issue de cette visite, M. Lazare a publié la déclaration ci-après
« Trois des cinq repères structurels ont été atteints. Pour ce qui est des deux autres repères structurels, les autorités ont accompli des avancées significatives : i) elles ont réduit sensiblement le financement de la Poste par le Trésor au premier trimestre de 2018 et ii) la banque intégrée de projets est opérationnelle, et tous les nouveaux projets figurant dans la loi de finances 2018, sauf un, étaient issus de la banque intégrée de projets. Ces réformes contribuent à améliorer l’administration des recettes, à accroître l’efficience des dépenses d’investissement et à réduire les demandes de ressources du Trésor.
« La sixième revue de l’accord ISPE du conseil d’administration du FMI est prévue pour ce mois de Juillet 2018