Scandale Cambridge Analytica: Facebook dévisse un peu plus en bourse

Facebook se retrouve au coeur d’une tourmente mondiale. Le scandale est parti de la société Cambridge Analytica accusée d’avoir illégalement acquis les données de quelque 50 millions d’utilisateurs du réseau social.

L’entreprise de Mark Zuckerberg s’est dite scandalisée d’avoir été trompée par l’utilisation de ces données. Le fondateur devra pourtant s’expliquer à Washington, à Londres et à Bruxelles sur l’affaire Cambridge Analytica, du nom de cette entreprise accusée d’avoir illégalement acquis les données de 50 millions d’utilisateurs. Ses conséquences pourraient être très graves pour l’entreprise et pour son patron.

L’affaire est en train de contrarier sérieusement le modèle économique de Facebook. L’entreprise gagne de l’argent avec les données de ses utilisateurs en les vendant à des annonceurs. Avec plus de 2 milliards d’abonnés, Facebook possède de fait une masse colossale d’informations. Devant l’ampleur du scandale, cette ressource financière se trouve menacée.

Confiance rompue

Le schéma de Mark Zuckerberg est en train de se retourner contre lui. Les utilisateurs du réseau social se rendent compte que leurs données personnelles, les détails sur leur vie privée et sur leurs centres d’intérêt qu’ils apportent gratuitement à ce groupe sont achetées très cher par les publicitaires. Le lien de confiance pourrait désormais être rompu.

Résultat, l’action de Facebook dégringole. En deux jours, le titre a perdu 60 milliards de dollars. Mark Zuckerberg, qui détient quelque 400 millions de titres, a vu sa fortune chuter de 9 milliards de dollars. Le patron du réseau social, à qui l’on prête des ambitions politiques, devra annoncer rapidement les mesures techniques et juridiques qu’il compte instaurer pour mettre un terme à des pratiques aujourd’hui décriées.

Source RFI