Russie 2018/Participation des lions: Le temps d’un nouvel espoir

Les «Lions» du Sénégal se sont remis à glaner des victoires et concéder des matchs nuls depuis l’arrivée de l’ancien capitaine et international Aliou Cissé, à la tête de l’équipe nationale.

Les matchs de ces derniers mois,officiels ou amicaux permettent d’entretenir l’espoir de voir une nouvelle équipe du Sénégal conquérante et convaincante.

La bande à Sadio Mané a l’obligation de confirmer au fil des matchs de poule, pour surtout faire espérer les supporters du «12ème Gaïndé» et de «Allez Casa» et tout un public qui avait fini de sentir une lassitude à suivre les sorties des coéquipiers de Kara Mbodj. Ils ont réalisé la performance d’accéder à la coupe du monde, la deuxième du genre pour notre pays, après l’épopée des El hadj Diouf, Kalidou Fadiga et Pape Bouba Diop.

Entre 2016 et 2018, la couleur  « vert-jaune-rouge » a acquis une importance et une signification sans précédent au niveau continental et mondial. Les joueurs sont devenus tout simplement des héros tout comme ceux des générations de Caire 86 et de 2002.

Comme leurs aînés, Idrissa Gana Gueye, Diao Keïta Baldé, Kalidou koulibaly  sont les artisans d’un retour du football sénégalais dans le giron mondial. Ils ont ceci de commun avec le groupe de 2002 : être cité parmi les plus grand attaquants ou les plus grands défenseurs du monde du football. Sadio Mané pour avoir bousculé, le temps d’une finale de Ligue des champions, les géants du Réal de Madrid que sont Ramos et sa ligne défensive ; Kalidou Koulibaly pour avoir montré toute sa classe et sa prestance devant les attaquants les plus huppés du Calcio, de Higuen à Dibala, de Shaarawy à Diego Perotti, de Dzeko à Patrick Schick.  On n’arguera plus, dans une quête d’excuse, l’absence de «canoniere» (buteur en italien) ou d’ouvriers capable de freiner les plus grands dribbleurs ou métronomes du monde.

Les «Lions» ont terminé premiers de leur groupe dans la zone Afrique pour décrocher leur ticket pour la coupe du monde.Le fossé qui les séparait de leur public commence à se rétrécir, face à une nouvelle mue qui devrait s’opérer redonnant l’espoir d’une équipe performante.

La Pologne, le japon et la Colombie sont avertis. Espérons seulement, pour coach Aliou Cissé, que les blessés, Kara, et Mame Birame, Saliou Ciss et Ismaïla Sarr seront en plein moyen de leur capacité physique pour aborder sereinement le premier virage.

Le staff de 2002 (Daf, Lamine Diatta Tony Sylva, autour du groupe fera sans doute du bien à Khadim Ndiaye, Wagué, Ndoye, Sakho, Kouyaté, Sarr, face aux menaces de Lewandowski. Le natif de Saint-Dié dans les Vosges, Kalidou Koulibaly, a évolué tactiquement et a gagné en concentration. Il est excellent dans les duels et n’aura aucun mal à rivaliser avec le physique du joueur polonais.

Le talent et les arguments jusqu’ici fournis par les cadres de l’équipe au niveau de leurs clubs et des championnats d’Europe fondent l’espoir de voir pour l’équipe nationale de football des lendemains meilleurs et une bonne participation en Russie.

Entre temps, il leur faudra croiser les godasses entre eux afin de trouver la meilleure formule pour une ligne d’attaque muette devant le Luxembourg en match de préparation et trouver les mécanismes d’un jeu fluide et organisé, pouvant déstabiliser n’importe quelle équipe et s’ouvrir à chaque match le chemin des filets.

Abdoulaye DIOP