Rassemblement du FNR:l’opposition confesse son inertie face à Macky Sall

A quelques semaines de la présidentielle du mois de février, le climat politique entre pouvoir et opposition reste plus que jamais tendu .

Le front national de résistance  FNR veut intensifier la lutte pour dire non «aux dérives» du pouvoir. Pour les membres du FNR,le temps des discours est révolu,  l’heure est à l’action, ont-ils  fait savoir lors de leur rassemblement hier à la place de l’Obélisque.

Selon le leader de la convergence Bokk Gis Gis Pape Diop «une riposte  appropriée n’a pas encore vu le jour. Il
faut se sacrifier pour empêcher le hold-up électoral». Et l’ancien maire de Dakar de hausser le ton «nous devons créer le rapport de force qui manque à l’opposition. C’est la faute des leaders, nous ne devons pas avoir peur des forces de l’ordre ». Pape Diop prédit un nouveau Président de la République le 25 février prochain et exhorte la jeunesse à résister contre la répression et les abus du régime en place.

Le grand parti de Malick Gakou adhère également à cette dynamique et soutient que la riposte s’impose. Pierre Goudiaby Atépa, les représentants de Bougane Gueye Dany et de Moustapha Guirassy ont  appelé les membres de l’opposition à siffler la fin de la récréation et à faire face à Macky Sall pour lui imposer la force jusqu’à ce qu’il abdique et qu’il quitte le pouvoir.

Pour sa part, Abdoul Mbaye président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail déclare que «Macky Sall est un président spécialiste des scandales et des mensonges au niveau international». Il affirme que devant lui, le Président Sall avait pris l’engagement devant Nicolas
Sarkozy qu’il allait faire un mandat de 5 ans. Abdoul Mbaye rappelle qu’en 2012, on avait 14 candidats à la présidentielle,mais cette année on aura 5 candidats, ce qu’il assimile à un recul démocratique. C’est pourquoi, il lance un appel à tous les citoyens sénégalais de voter pour tout autre candidat sauf Macky Sall.

Dans ce même sillage, le professeur Issa Sall tire sur le conseil constitutionnel qui agit sous le «dictat» du candidat Macky et de son clan. Pour lui le parrainage est une catastrophe et les vérifications par cette juridiction constituent l’hécatombe. «Un pays ne doit pas être dirigé par la force», se plaint le Président du parti de l’unité et du rassemblement (Pur).

Cheikh Gueye de la coalition Manko Taxawu Sénégal de Khalifa Sall pense qu’avec Macky Sall, c’est l’émergence des difficultés. Il donne l’exemple du chômage des jeunes, les grèves dans les secteurs de la Santé et dans la justice. Pour lui Macky Sall doit être chassé du pouvoir.

Pour le départ de Macky, Thierno Alassane Sall  prône une résistance populaire jusqu’à la dernière minute pour faire reculer Macky Sall qu’il traite de« dictateur».

Pour Oumar Sarr du Pds ,le président sortant ne veut pas organiser la présidentielle, il veut créer un forcing et emmener le pays dans le chaos

24 heures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *