Macky Sall probable candidat à la présidentielle de 2024: Un énième « wax waxeet » se profile à l’horizon

Le président de la République Macky Sall,pourrait être candidat,s’il venait à être réélu en 2019,à un troisième mandat.Le professeur agrégé de droit constitutionnel Babacar Guèye en a fait une révélation qui fait froid dans le dos.

Invité de l’émission Grand Jury de la Rfm de ce dimanche 8 octobre 2017, il a cru devoir attirer l’attention des Sénégalais: «Macky Sall peut être candidat à un troisième mandat,s’il est réélu en 2019 juridiquement aucune garantie n’est prévue dans le sens d’empêcher cette possibilité»

La nouvelle constitution lui permet bel et bien de postuler. «On a dû oublier les dispositions transitoires qu’il fallait ajouter,lorsqu’on a rédigé la constitution,pour prévoir que le mandat en cours du Président Sall, celui de 2012-2019,fait partie du décompte des deux mandats qu’il peut avoir.

Si nous appliquons la constitution à la lettre,on peut dire que le mandat en cours ne fait pas partie du décompte. Ce qui fait que Macky Sall peut briguer en 2024 un mandat comme l’avait fait Wade en 2012». Le Pr Babacar Guèye de préciser:«Il fallait dire clairement dans la constitution que le mandat actuel fait partie du décompte.C’est une question de succession de loi dans le temps non de deux constitutions dif￾férentes».

Mais,s’empresse-t-il d’ajouter dans la foulée, «cette disposition peut être mise en place car il est possible de la rattraper en faisant une simple révision constitutionnelle».

Au regard de tout ce qui précède, il ne serait pas surprenant de voir, dans un proche avenir, la coalition Benno Bokk Yakaar commencer à claironner, non pas une victoire au premier tour en 2019, mais un troisième mandat pour Macky Sall qui aura,comme par enchantement, l’occasion rêvée de s’approcher de
la date fatidique de 2035 qui doit coïncider à la récolte des fruits du fameux Programme Sénégal Émergent(Pse).

Espérons que l’opposition saisira les enjeux et se mettra,dès à présent, en ordre de bataille. Sinon, bonjour le réveil brutal et les coups «ko» du genre de celui des législatives passées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *