Journées de concertation: les lutteurs campent sur leur position.Rèaction attendue du ministre

C’est sous la présidence de monsieur le ministre des sports matar Bâ, que se sont ouvertes ce Samedi 20 Octobre 2018 à la nouvelle arène nationale de pikine, les journées de concertation des acteurs de la lutte
Une occasion saisie par monsieur Matar Bâ ministre des sports pour lancer un appel à l’unité des cœurs pour ainsi donner à ce sport, le plus populaire au Sénégal selon ses mots, une autre image que celle négative qui est en train de se produire devant le monde avec notamment les conflits en tout genre qui ne font que ternir l’image de cette discipline.
Pour Alioune Sarr qui est intervenu à la suite du ministre et qui s’est appuyé sur l’exemple de Mbaye Ndoye l’ancien président de la fédération de football dont le décès a été annoncé dans la salle « toute chose à sa fin « comme pour dire à ses contempteurs qui exigeaient son départ que le jour où dieu en décidera il ne dirigera plus le CNG.
A en croire Alioune Sarr président du CNG de lutte, ces journées de concertation viennent à point nommé « d’autant qu’elles vont permettre aux acteurs d’échanger sur des questions qui ont semblé diviser les amateurs » a t’-il tenu à souligner
C’est notamment la question de la catégorisation des athlètes qui a occupé un bonne partie des débats lors des ateliers. Et cela pour un meilleur équilibre dans les combats entre les lutteurs qui ne sont pas de même calibre.
De l’avis de certains, il n’est pas normal,dans cette discipline, du point de vue de la différence de poids et de taille qu’un « poids léger » affronte un lourd.
Pour les conséquences néfastes que pourrait engendrer une telle opposition disproportionnée, des mesures fortes ont été envisagées.
LA DISSOLUTION DU CNG EN QUESTION
Déjà lors de l’ouverture officielle de ces journées de concertation, le ministre des sports avait on ne peut été clair sur la question « La mise en place d’une fédération de lutte est de la prérogative exclusive de l’État, cette question ne pouvait figurer à l’ordre du jour des débats. » avait-il souligné
Mais pour les lutteurs qui ont posé avec exigence la dissolution du CNG en plus de la question des coupures jugées trop élevées sur leurs cachets,c’est un combat qui est loin d’être terminé.
De l’avis de Gris Bordeaux les lutteurs sont fondés à réclamer leurs droits: « Nous avons mis en place un plan d’actions pour exiger la dissolution du CNG qui ne cadre plus avec les exigences du sport moderne » a-t-il soutenu
Balla Diouf secrétaire général du collectif des lutteurs en activité marque son intransigeance sur la question de la mise en place d’une fédération et avertit le ministre des sports: « Nous ne voulons pas d’un lutteur à la tête de la structure qui va diriger la lutte. Nous avons besoin de quelqu’un avec un bon profil et nous restons constants dans notre position, nous voulons un changement » clame t’-il
Après deux jours de concertation les débats sont campés et les propositions bientôt sur la table du ministre qui devra en définitive se prononcer sur les différentes requêtes et recommandations qui seront contenus dans le rapport final. Une chose est pour autant sûre pour les lutteurs,le combat continue…
Saliou Faye
24 heures