Hausse des prix du carburant: des mesures qui consacrent la faillite de la gestion de Macky Sall selon le PDS

LA HAUSSE des prix du carburant au Sénégal effective depuis samedi dernier à 18 heures précises, n’est pas du gout de la formation politique de Me Abdoulaye Wade. En effet, le Parti Démocratique Sénégalais (Pds) dénonce,dans un communiqué reçu hier, les récentes mesures d’augmentation des prix des produits pétroliers qui engendreront une cascade d’augmentations de ceux des denrées de premières nécessités, du transport et de l’électricité. Après tout,les libéraux n’y voient que «mesures qui consacrent la faillite de la gestion de Macky Sall et qui vont plonger dans la pauvreté des millions de sénégalais».

Pour lutter contre cette précarité programmée,le PDS appelle tous ses militants et tous les Sénégalais à s’organiser et à se mobiliser
massivement derrière «ses» listes pour,dit-il, «sanctionner l’incompétence de Macky Sall et les dérives mafieuses de son régime, la mal gouvernance chronique».En fait, le Super est passé de 695 Fcfa à 775 Fcfa, soit 80 Fcfa de plus. Quant au Gasoil, il est passé de 595 Fcfa à 655 Fcfa, soit 60 Fcfa de plus. A préciser que les prix de tous les autres produits pétroliers, notamment le gaz butane,l’essence ordinaire, l’essence pirogue, le pétrole lampant, restent intacts, selon la note du Gouvernement.

Pour justifier de telles mesures, Le Gouvernement indiquait que cette nouvelle structure des prix consacre, pour la première fois depuis février 2016, une évolution des prix à la pompe de certains produits. «En effet dans le souci de limiter les impacts des
hausses des cours mondiaux sur les consommateurs sénégalais, le Gouvernement avait alors décidé de bloquer les prix
des produits tels que le supercarburant, l’essence ordinaire, l’essence pirogue, le gasoil, le pétrole lampant, le gaz butane et le diesel oil.

Tenant compte du renchérissement des cours du baril qui pèse sur la facture pétrolière et sur la collectivité, l’Etat a décidé de répercuter une partie de la hausse sur les prix à la pompe du super carburant et du gasoil», lisait-on dans le document.

LE PARTI de Me Wade ne compte pas prendre en marche le train du dialogue national, rencontre qu’il a boycottée. En atteste la position de Maguette Sy, son secrétaire national adjoint chargé des élections, qui s’est opposhier lundi, à la poursuite des débats sur la caution des élections locales au dialogue national, lors d’une rencontre conviée par le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye. «Vous avez tous suivi les débats dans la salle. En conclusion, le ministre a dit aux participants du dialogue national que la question de la caution soit reportée à cette rencontre. Nous au Pds, nous disons que le dialogue ne nous engage pas. Nous n’y prenons pas part. Tout ce qui se décide là-bas ne nous engage pas»,a averti M. Sy.…Et exige l’arrêt de la caution au plus tard mercredi

En outre, le secrétaire national adjoint chargé des élections du Parti démocratique sénégalais (Pds) exige du ministre de l’Intérieur l’arrêt fixant la caution au plus tard mercredi à minuit. Maguette Sy a rappelé qu’il était venu à cette rencontre pour que la question soit discutée et que l’arrêté soit pris au plus tard mercredi à minuit pour le respect du code électoral qui dit que l’arrêté doit
être publié 150 jours avant la date de l’élection. Pour le report des élections locales, voulu par certains politiciens, le Pds ne semble pas apprécier cette idée. Maguette Sy, estime toujours que les locales sont prévues le 1er décembre 2019. Il dit douter qu’au cours des discussions au niveau du dialogue national, que les parties prenantes fassent un complot pour reporter les élections locales.

Dans un communiqué rendu public hier, Me Wade et ses frères libéraux persistent en exigeant du Gouvernement le respect
de la nouvelle date du 1er décembre 2019 pour l’organisation des prochaines élections territoriales et s’opposent à toute forme de confiscation du suffrage des électeurs, même par le biais d’un nouveau report des élections ou par l’installation de délégations spéciales, précisent-ils.

Par ailleurs, concernant toujours les locales, ils disent prendre acte du maintien du système de parrainages et exige du Gouvernement de prendre toutes les dispositions nécessaires pour que les partis puissent suivre et évaluer le processus de parrainages au niveau des
préfectures et sous-préfectures, conformément aux dispositions pertinentes de la loi, en incluant les listes concernées dans l’ensemble du processus.Le Pds y voit une faillite de la gestion de Macky Sall Le Pds s’oppose à la poursuite des débats au dialogue national…

Abdoulaye Sidy 24 Heures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *