Gestion des ressources pètrolieres et Gazières: Ousmane Sonko dit non à l’appel de Macky Sall

L’appel lancé par Macky Sall sur
la gestion des ressources pétrolières et
gazières n’intéresse pas certains leaders
de l’opposition. Et c’est le cas du président du Pastef qui est monté au créneau pour dire non au président de la République.

Selon Ousmane Sonko, «le Président
Sall méprise son peuple et prend son
opposition et la société civile pour des ignares, bons pour lui servir de faire -valoir». C’est en ces termes qu’il a répondu  au Chef de l’Etat : «Non Monsieur le Président, vos concertations viennent trop tard et ne serviront à rien. Il aurait fallu les tenir avant la signature précipitée».

D’après le député à l’Assemblée
nationale, cette annonce ne vient pas à
son heure car Macky Sall et ses hommes
ont commencé à dilapider les ressources naturelles du Sénégal.

A l’en croire, «sur les quatre dernières
années, des contrats léonins (ont été
signés) en défaveur du Sénégal, sur la
quasi totalité des 18 blocs». Et l’auteur
du brûlot sur le pétrole et le gaz précise
qu’«avant la concession de clauses de
stabilisation sur de longues périodes pouvant aller jusqu’à 45 ans, ce qui rend presque inutile toute modification présente du code pétrolier». Toujours dans ce même sillage, Ousmane Sonko renseigne que le président Macky Sall a déjà octroyé les 5 blocs les plus prometteurs aux aventuriers Edy Wang et Frank Timis avec l’implication de son frère Aliou Sall et la complicité de Aly Ngouille Ndiaye et également la signature des deux blocs au profit de la filiale française Total.

Dénonçant la mauvaise gouvernance du
régime, le leader du Pastef déclare que
Macky Sall a déjà donné «l’autorisation
des transactions spéculatives sur nos
ressources pétrolières et gazières, ainsi
que le partage (50/50) avec le voisin
mauritanien ».

Après tous ces manquements notés Ousmane Sonko persiste et signe : «Personnellement, je ne répondrai pas
à votre appel et m’interdis de participer
à cette mascarade qui, en réalité, n’est
qu’un exercice de blanchiment des actes
graves de mal gouvernance commis, volontairement et sciemment, par votre régime qui, ainsi, a gravement compromis les intérêts supérieurs de la Nation sénégalaise».

Pour rappel, Macky Sall déclarait
le vendredi 4 mai lors de l’Assemblée gé-
nérale de l’Association des autorités anti
corruption (Aaaca) :«Je vais convoquer
au courant de ce mois de mai une grande concertation nationale. Et j’espère que tout le monde répondra à cet appel. Parce qu’il s’agira de parler de l’avenir de nos ressources pétrolières et gazières et nous allons voter une loi avant même le début de l’exploitation, une loi qui définira les modes de répartition des ressources tirées du pétrole et du gaz».

Le Président de l’Alliance pour la
Citoyenneté et le Travail (Act) dit non
à l’appel du chef de l’Etat pour une
grande concertation nationale dans
la gestion des ressources naturelles.
Abdoul Mbaye déclare que ceci vise à
détourner l’attention des Sénégalais
et faire oublier les comportements
scélérats du régime en place.

Alpha Ousmane NDIAYE