Faut-il ou non dormir tout nu ou habillé?

Ce n’est (presque) plus un secret pour personne : dormir tout nu, ou du moins les parties intimes à l’air, c’est bien. Ce que l’on sait moins en revanche, c’est que dormir en sous-vêtements est bien plus nuisible qu’il n’y paraît.

Le sujet fait débat depuis des années, au point d’avoir certainement déclenché plus d’une bataille d’oreiller. Faut-il dormir nu ou habillé ? Entre les études plus ou moins récentes, les avertissements et les habitudes généralisées, la question continue de se poser.

Parce qu’on ne compte plus les « 10 bonnes raisons pour dormir totalement nu » et les multiples bienfaits des nuitées déshabillées, on pourrait penser que leurs avantages ne sont plus méconnus. Hygiène, élimination, fertilité, libido… Dormir nu comporte certes de nombreux avantages. Mais ce que l’on sait moins, c’est que dormir habillé – et notamment en sous-vêtements – est bien plus nuisible qu’il n’y paraît.

Tissus collants

Médecins et gynécologues se relayent à le répéter : garder ses sous-vêtements pendant la nuit comporte des risques. Notamment chez les femmes, plus facilement sujettes aux infections vaginales. Pour Jean-Marc Bohbot, médecin infectiologue et andrologue, la culotte est « à proscrire » de l’oreiller. « La culotte cause une irritation mécanique en raison de nombreux frottements du tissu contre les parties génitales. Ceux-ci peuvent être très désagréables surtout si la femme a une vulve fragile », explique-t-il au Figaro. Cystites, mycoses, irritations… Afin d’éviter les désagréments ainsi que la « prolifération des bactéries », plusieurs spécialistes recommandent donc de laisser la culotte au placard. « Les sous-vêtements, et plus particulièrement ceux en synthétique, augmentent la chaleur de la vulve et retiennent l’humidité. Cela favorise le développement de micro-organismes comme des champignons », poursuit l’infectiologue.

Aussi les hommes ne sont pas épargnés. Une étude publiée dans la revue Science Alert en 2015 montre que dormir en caleçon peut endommager la qualité du sperme. En cause, la chaleur des sous-vêtements serrés sur les testicules. À l’air libre, ces dernières seront maintenues au frais, sans quoi les spermatozoïdes ne pourraient pas survivre. Comme pour les femmes, un tissu qui colle trop souvent aux parties intimes finira tôt ou tard par les irriter, voire les infecter.

Don’t wear it, be happy

Si les dangers de la lingerie intime nocturne existent, rien n’oblige à s’improviser nudiste de l’oreiller du jour au lendemain. Chemise, nuisette, tee-shirt délavé, boxer ou caleçon large… Tout est permis, tant que les parties intimes peuvent respirer. D’autres en revanche, préféreront se convaincre en célébrant les bienfaits du dodo dans le plus simple appareil.

En 2016, c’était la science qui le disait. « Dormir nu rend plus heureux », démontrait l’Institut National de Santé des États-Unis. Sommeil approfondi, élimination des toxines, réduction des risques d’infections ou même de diabète… Plusieurs études ont démontré que dormir en tenue d’Adam et Ève comportait de nombreux avantages, notamment celui de réveiller l’ocytocine, alias l’hormone de l’amour lorsqu’on est bordé par son ou sa partenaire. Résultat : diminution du stress, bonheur augmenté et confiance en soi reboostée. Bref, pour être heureux, « dormez léger », ne cessera-t-on de répéter.

ParisMatch