Entretien accordé au quotidien Stades: Quand Kara Mbodj souffle le chaud et le froid

Un pavé dans la mare c’est ce que vient de jeter kara Mbodj dans le milieu sportif et au delà. Dans un entretien paru dans le quotidien sportif stades de ce jeudi, le vice capitaine des lions a étalé au grand jour une frustration née de son nouveau statut de remplaçant. Il a tout simplement dézingué certains membres de l’entourage des lions pour finalement se dédire…

 » on m’a sacrifié pour l’intérêt de certains » ce titre barré à la une dudit quotidien rapportant si on en croit l’auteur,les frustrations du joueur du sporting d’Anderlecht a valu un démenti formel de la part de Kara Mbodj.
La communication est un exerce assez périlleux qui peut bien déboucher sur des situations non maîtrisées,des incompréhensions  et « tutti quanti » disions nous dans un article recent.
Face au tollé général suscité par l’article en question, kara Mbodj a apporté suite à une forte pression (certainement de son entourage) un démenti,non pas sur le contenu de l’article, mais sur un élément de l’article,un paragraphe.

« Je tenais juste à démentir les propos du journal stade selon lesquels j’aurais dit que l’on m’a sacrifié pour l’intérêt de certains au mondial. J’ai dit que j’étais prêt à 100% sur le plan physique pour défendre les couleurs de mon pays mais que le coach a fait des choix que je respecte. Mais absolument pas ce que je vois dans ce journal. La page du mondial est tournée je profite de mes derniers jours de vacances en famille avant de rentrer et me préparer pour ma nouvelle saison » a t’-il écrit sur ses pages officielles Instagram et facebook et dans le quotidien Stades de ce vendredi.

Nos radars postés du côté de Mbour ont mené l’enquête et selon des sources dignes de foi,il est clairement établi dans  l’enregistrement sonore,que le vice capitaine des lions n’a pas dit les propos qu’on lui a prêté tout au plus sur ce chapitre. Véritablement Kara Mbodj a fait des insinuations du genre non sans aller dans le fond des choses…
Notre source de rapporter que l’auteur de l’article devait se garder d’interpréter les propos du joueur non sans lui demander de préciser sa pensée ,
Kara Mbodj n’a pas tout démenti
Notre source très au fait du dossier de nous préciser que dans cette affaire Kara Mbodj n’a pas tout dit aux sénégalais.
Le journal Stades qui a publié dans son édition de ce matin une précision du joueur ne veut pas verser (à juste titre)  dans la polémique. Mais la vérité est que Kara veut passer sous silence des éléments de l’article qui l’accablent. En voici quelques extraits
« Contre le Japon c’est moi qui ai calmé beaucoup de joueurs qui étaient frustrés contre le staff technique pour préserver l’image du Sénégal « Autrement dit n’eût été son intervention les joueurs allaient manifester leur colère à la face du monde !!! Ces propos qu’il n’a pas démentis du reste soulèvent quelques interrogations et pas des moindres.
Lors de ce fameux match en question (contre le Japon) Kara Mbodj s’est levé pour aller faire une accolade à son entraineur après le but des lions ,les images sont bien là pour prouver que s’il y a quelqu’un qui souffle le chaud et le froid ,c’est bien lui.
 » Je tiens à dire au peuple sénégalais que je n’étais pas blessé … »   La titularisation de Salif Sané ne souffre d’aucune contestation.
Les sénégalais sont unanimes sur la question et tranchent en faveur d’Aliou Cissé, tant le joueur a été irréprochable lors de ce mondial. A la limite l’obstination de Kara qui se dit être prêt à 200℅  pose d’ailleurs un manque de respect à l’endroit de ses coéquipiers pour un joueur qui est resté six mois sans compétition et qui plus est n’a disputé qu’un match et encore de fin de saison avec… Anderlecht.
Face aux critiques acerbes donnant raison par ailleurs à son entraineur, Kara Mbodj a préféré souffler le chaud et le froid pour se cacher derrière un vrai faux démenti. Voilà la vérité
La question de la dynamique de groupe qui a été au centre de notre article paru dans notre quotidien 24 heures du 10 juillet intitulé  » Russie 2018:Absence de solidarité,cassure entre joueurs,bilan de la campagne. Le football sénégalais à la croisée des chemins » avait été évoquée pour alerter sur une situation qui risque de replonger le football sénégalais dans le travers d’un éternel recommencement.
Depuis 2000,notre football n’a jamais eu un groupe capable de décrocher un sacre continental. Le sénégalais dispose de joueurs de dimension mondiale,capables de nous mener à bon port. Mais en l’absence d’une bonne structuration et sans des hommes capables d’en définir les véritables orientations,le peuple à la fin,se posera toujours les mêmes interrogations,aura toujours les mêmes regrets, les mêmes sentiments de désolation.
Faisons notre cette expression pour nous mettre sur orbite et arrêter les querelles et messes basses inutiles
« Tant va la cruche à l’eau,qu’à la fin elle se casse » Autrement dit  » à force de s’obstiner dans les mêmes erreurs, on en subit les conséquences » .
A bon entendeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *