Dopage au Mondial: Le doute plane sur les performances des russes

Les Russes sont prêts physiquement pour cette Coupe du Monde….peut-être même un peu trop

L’enthousiasme était là, tout proche, sincère et désintéressé. Quelle belle équipe que la Russie. Quel joueur d’avenir ce Golovin. Et quel type inénarrable ce Cherchesov, souriant à chaque question.

Et puis patatra, un chiffre scélérat est venu jeter un voile sombre sur nos envies de propagande soviétique : 118 bornes. Les joueurs russes ont couru 118 bornes lors du match d’ouverture, et encore 115 pendant le deuxième. Les deux plus grosses performances jusque-là enregistrées pendant la compétition, assez largement devant les 103 kilomètres effectués par les Bleus face à l’Australie, à titre de comparaison.

De plus, les trois joueurs qui ont accompli le plus de courses depuis le début du Mondial sont aussi des membres de la glorieuse Sbornaya : Golovin, Samedov et Glazinsky. ll n’en fallait pas plus pour que notre instinct de chien renifleur se mette en action. Mais est-ce qu’il n’y aurait pas une sale histoire de dopage organisé par le méchant Kremlin derrière tout ça ?

Interrogé en conférence de presse, le sélectionneur russe Stanislav Cherchesov a répondu avec sarcasme aux doutes émis sur les performances de la Russie, qui est la sélection qui a le plus couru depuis le début du Mondial. « Si vous n’avez rien remarqué d’autre que nos kilomètres et nos sprints, alors nous avons raté quelque chose, a-t-il ironisé, balayant les soupçons de dopage par la même occasion. Nous avons modifié des choses après la Coupe des Confédérations, où déjà notre équipe était bien préparée physiquement, et enfin, il y a la motivation des joueurs, qui veulent briller dans une Coupe du Monde à la maison, avec le public derrière nous », s’est-il justifié.

Le sélectionneur russe n’est pas le seul à vouloir se défendre. La Fédération s’est exprimée publiquement et le médecin de l’équipe russe, Eduard Bezuglov, s’est montré offensif vendredi, face à la presse, réfutant l’argument du journal anglais.

« Avec seulement deux rassemblements depuis le début de l’année, entre les tests de la Fifa, de l’UEFA et de Rusada (NdlR : l’agence antidopage russe), nos joueurs ont été contrôlés plus de 300 fois. Je vous parie une bouteille de lait, allégé bien sûr, que c’est deux fois plus que le nombre de tests subis par les joueurs anglais. Donc je pense qu’ils devraient se regarder dans une glace », a-t-il répondu, justifiant les performances de son équipe par « un bon entraînement, une bonne motivation. Et nous avons toute la Russie derrière nous ».

Après les dernières histoires de dopage qui sont venues de Russie ces derniers mois, voilà une nouvelle fumée qui vient obscurcir le ciel du Mondial.

« La Russie va se donner à 200% » contre l’Espagne, assure Denis Cheryshev

L’Espagne n’a jamais battu le pays-hôte d’une Coupe du monde et d’un Euro. Les Russes espèrent que cela sera encore le cas dimanche à Moscou, où les champions du monde 2010 affronteront la Russie en 8e de finale du Mondial 2018. Une rencontre dans laquelle les Russes comptent se « donner à 200 % ».

« Nous devons nous donner à 200 %, c’est notre responsabilité », a déclaré l’attaquant russe Denis Cheryshev samedi en conférence de presse. « L’équipe est sereine et prête à faire du bon travail ».

Cheryshev, qui a confié « prier avant chaque match », joue dans le championnat espagnol, à Villareal. Mais marquer face à la Roja ne lui procurera pas de satisfaction supplémentaire, dit-il. « Je suis sûr que ce sera difficile. Ils sont excellents et peuvent très bien jouer au football mais nous avons aussi nos qualités. Nous pouvons battre tout le monde, c’est ce qu’on doit se dire », dit Cheryshev, qui a marqué trois buts en phase de poules.

Une phase de poules que la Russie a bouclée sur une défaite 3-0 face à l’Uruguay. « Nous n’avons pas perdu confiance après ce match », dit le sélectionneur russe Stanislav Cherchesov. « Nous espérons pouvoir montrer notre valeur et gagner demain ».

Ndlr: Au final la Russie s’est donnée à 200℅ et a réussi le pari d’éliminer l’Espagne.

Dhbe