Defait en 2000, le PS a t-‘il definitivement renoncé au pouvoir?

Publié le Publié dans Actualités politiques

La premiere alternance democratique du senegal intervenue en 2000 avait ete particulierement marquée par la defaite du parti socialiste,naguere dirigé par le president Abdou Diouf.
Pour rappel,aprés l’intronisation d’Ousmane Tanor Dieng, à la tête du PS lors du fameux congres de 1996 qualifié de sans debat, Djibo Ka avait préferé quitter les socialistes, pour mettre sur pied le « l’Union pour Renouveau Democratique » URD
Depuis Moustapha Niasse a lui aussi claqué la porte,pour voler de ses propres ailes et a cree l’Alliance des Forces du Progres. L’AFP en compagnie du Renouveau de Djibo Leyti Ka,devint en 2000,l’une des plus grandes forces de l’opposition du Sénegal.
Tous les deux candidats aux elections presidentielles de 2000,connurent pourtant des sorts differents.
Au second tour de ces elections,Djibo Ka choisit de retourner aux cotés de son cousin et President Diouf.
Au moment même moment, Moustapha Niasse,trés fidele à son encrage dans l’opposition,opta pour le candidat Abdoulaye Wade. Il devient le premier ministre du gouvernement Wade.
La suite est connue.
Depuis,beaucoup d’eau a coulé sous les ponts,le PDS d’Abdoulaye Wade presida aux destinés au Sénégal
En 2012, le Senegal connut sa deuxieme alternance politique avec l’avenement de Macky Sall à la tete de la nation. Macky Sall, l’ancien premier ministre et ancien president de l’Assemblée nationale sous le regime du president Abdoulaye Wade.
Le PS alors dirigé par Ousmane Tanor Dieng, realisa lors de ces elections presidentielles,le score le plus bas de l’histoire politique du parti(7%).
Suffisant pour convaincre le secretaire general du Parti Socialisme à ravaler ses ambitions presisentielles et à se ranger derriere le Benno bok Yakaar du president Sall.
« La vocation d’un parti politique est de conquerir le pouvoir,le PS aura son candidat en 2019″ lança alors un certain Barthelemy Diaz
La bataille ideologique eclate alors au grand jour.Deux camps se dessinent avec une ligne de cesure qui en dit long sur la difference d’approche des uns et des autres.
En realite que reproche t’-on à Ousmane Tanor Dieng et à ses amis?.La reponse venant d’un proche de Khalifa Sall est edifiante sur la lame de fond qui dechire les socialistes. »Tanor Dieng veut saborder notre parti au profit de l’APT,nous ne saurons l’accepter, notre parti est pris en otage par un clan »
Et pourtant, du côté des partisans de Tanor Dieng la reponse à cette accusation est sans equivoque: « c’est ensemble que nous avons gagné,et ensemble nous gouvernerons ce pays.
Cependant des interrogations ne peuvent manquer à l’analyse de cette position qui semble aller dans le sens d’une certaine logique,dés lors,la question que le commun des senegalais peut se poser,risque d’être simple.
Jusqu’à quand?
Et si Benno perdait le pouvoir en 2019?
Faudrait t’-il le reconquerir avec le même rapport de force en faveur de l’APR,et ensemble?
Comment repositionner les socialistes à la tête du Senegal?
Si telle n’est plus l’ambition de Ousmane Tanor Dieng,alors…
Aissatou Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *