Commissaire Boubacar Sadio:la transhumance de Moussa Sy,l’alibi d’une victoire anticipée à Dakar »

Par le biais d’une tribune reçue par 24 Heures, le commissaire Boubacar
Sadio décortique la tendance des hommes et femmes politiques qui
renient leurs principes et convictions de première heure pour les prairies beige marron de l’Alliance pour la République. Il les qualifie de
«souillure».

La transhumance est une contre-mémoire politique. Le commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle à la retraite, a procédé à une anatomie de cette pratique politique sous notre République.

Il interroge le nihilisme politique qui est en train de gagner du terrain, par la faute du président Macky Sall. «Aussi bien les transhumants que celui qui les accueille», irritent la conscience «La transhumance a pris des proportions inquiétantes ; et c’est le Président Macky SALL qui avait qualifié cette pratique malsaine et abjecte de cancer de la vie politique, qui,aujourd’hui, s’en fait le chantre et le héraut, reniant ainsi, toute
honte bue ses anciennes convictions.

Et ce, publiquement sans aucune pudeur. Je n’aurais de cesse de dire que les transhumants sont des êtres immondes, immoraux, amoraux, détestables et honnis dont la valeur marchande est égale voire inférieure à celle des chèvres et des gallinacés offerts en vente dans les «loumas».

Ils constituent une horde de chacals et d’hyènes affamés et gloutons qui ne cherchent qu’à être rassasiés quelle que soit la qualité de la pitance offerte, l’essentiel étant de satisfaire leur instinct alimentaire.

Ce sont tous sans exception des canailles qui suscitent dégout et répugnance. Sont tout aussi détestables et exécrables ceux-là qui les accueillent avec satisfaction et un plaisir malsain».

Transhumance de Moussa Sy, l’alibi d’une victoire anticipée à Daka

Avec,Moussa Sy, le maire des Parcelles Assainies, le scandale est sous nos yeux. Ce qui laisse interrogatif l’ancien Directeur Général Adjoint de la Police :«Comment ne pas s’indigner devant un Président qui jubile d’avoir pécher un gros poisson ? La déclaration de Macky SALL à propos de Moussa SY n’est ni gratuite ni fortuite encore moins innocente ; c’est une annonce anticipée de la victoire de Benno Bokk Yaakar à Dakar.

C’est l’occasion de dire à haute et intelligible voix que la coalition présidentielle n’a pas gagné les législatives à Dakar ;ils le savent et le Président le leur a signifié lors d’une réunion restreinte. Les ordres de missions produits en quantité industrielle ont effectivement permis le
détournement du sens du vote des Dakarois, notamment aux Parcelles assainies et de proclamer une victoire factice et fictive.

Un travail d’enquête approfondie professionnelle et technique a permis de le prouver aisément. Nous n’en dirons pas plus pour l’heure».Le monde politique est dangereux, le Sénégal est blessé. Il y a là de quoi savonner la tête des leaders politiques pourprotéger le pays.

«Chers compatriotes,permettez à ma très modeste personne de paraphraser,avec toute l’humilité qui y sied et la vénération requise, ces mots tirés du Saint Coran, pour m’exclamer et vous interpeller en ces termes : «Ovous dignes citoyens !

Les Transhumants sont une souillure», s’écrie-t-il, après décliné la Sourate 9 du Livre Saint. La pratique avait le grand mérite d’éviter tout questionnement policier. «Il y a de quoi s’inquiéter quant à la trajectoire prise par notre pays dont les dirigeants, à commencer par leur chef, prônent la promotion des anti valeurs qui porteront un énorme tort aux générations futures.

La boussole sociale est totalement dérèglée, l’absence de repères est manifeste ; tout ceci, parce que la classe dirigeante veut continuer à bénéficier de prébendes et à jouir de l’argent public sans aucun effort ni contrepartie faite de sacrifices et d’engagement patriotique», a-t-il fulminé.

A l’entendre, les «archéo-politiciens qui, obstinément refusent de céder la place aux jeunes générations», doivent céder le plancher, et cela dès le 24 février 2019.

Abdoulaye Diop

24 heures