Brigandage politique ?

LA DÉMOCRATIE progresse partout
en Afrique. Pourtant,de vieilles habitudes persistent dans plusieurs pays:dans l’indifférence totale de la communauté internationale,des chefs d’Etat manipulent sans vergogne la Constitution pour prolonger leur règne.

Ces dictateurs pourtant sortis des urnes se trouvent surtout en Afrique francophone,en raison d’une infernale accumulation de handicaps.

Le sujet qui fait débat aujourd’hui relève du brigandage politique.Une élection présidentielle est attendue pour 2024 au Sénégal.Le Président Macky Sall va parvenir,lui aussi, au terme de son premier mandat,sans dire clairement s’il sera comptabilisé ou non.

Tout changement de la Constitution va s’annoncer difficile pour lui, pour les
mêmes raisons qu’avec le régime de Wade,un certain 23 juin.

En realité,ce qui pourrait n’être qu’un épiphénomène,pour les affidés du régime traduit la crise profonde de la démocratie sénégalaise.
La comptabilisation de ce mandat serait sans doute l’un des enjeux du dialogue auquel appelle le Président Macky Sall.

Echaudée par les violences du 23 juin qui ont failli entacher le magistère de Wade,l’opposition va exiger des garanties au Président de la coalition
Benno Bokk Yakaar.
Selon certains observateurs,le mot « successif » utilisé par le constituant sénégalais a manqué de régler définitivement la question du nombre de renouvèlement du mandat présidentiel en cours.

Un président élu peut se succéder à lui-même, s’il bénéficie encre une fois de la confiance du peuple. Simplement, toujours selon les spécialistes,la constitution n’autorise à Macky Sall qu’un seul renouvellement de son mandat de 5 ans,sans possibilité pour le Président de dépasser les deux
mandats autorisés.

Aux termes de l’article 5 de la loi constitutionnelle n° 2016-10 du 5 avril 2016, « les articles 104 à 108, de la loi fondamentale du 22 janvier 2001 relatifs aux dispositions transitoires sont abrogés ».

Ainsi supprimée, la nouvelle réforme ne permet pas de dire exactement quelle disposition régit le mandat en cours. Ratione tempori,Macky Sall doit se prononcer sur la question pour nous permettre de gagner du temps d’ici à la présidentielle
Abdoulaye Diop
24heures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *