Barthélemy Diaz depuis la cellule 42-« Je ne suis preneur d’aucun deal… »

Celui qui se considère comme un otage politique, résidant à la cellule 42 à la prison de Rebeuss  adresse une lettre ouverte aux  sénégalais.

Barthélémy Diaz, maire de la commune de Mermoz Sacré Cœur, alerte sur une situation cocasse qui se dessine et portée par des personnes mal intentionnées pour tromper l’opinion publique nationale et internationale.

Voici une lettre qu’il vient d’adresser aux sénégalais depuis sa cellule

«Il semblerait que certains individus cherchent à me faire sortir de prison avant l’expiration de ma peine en véhiculant tantôt une possible liberté conditionnelle et selon certaines indiscrétions en agitant même un prétexte de grâce (farce) présidentielle, en vue de renvoyer à l’opinion nationale et particulièrement internationale, l’image d’une république démocratique dans laquelle la justice serait au service exclusif du Droit», indique Barthélémy Dias. La leçon de conduite plane déjà sur la tête des accusés. Le maire de Mermoz
Sacré Cœur de renchérir : «Je les invite
à arrêter leur cirque, par que je ne suis
demandeur d’aucun service, d’aucune
faveur, d’aucune intervention, d’aucune
clémence et ne suis preneur d’aucun
deal. Raison pour laquelle (Khalifa
SALL et Moi-même) sommes toujours
en prison avec notre Dignité en bandoulière ».

La méfiance totale et la constance gagnent Dias-fils qui informe : «je suis à ma troisième incarcération carcérale dans ma courte et riche carrière politique pour avoir toujours eu le
courage et l’honnêteté de dire tout haut
ce que mon peuple murmure tout bas
et de m’être battu intellectuellement,
moralement, politiquement et même
physiquement pour un Sénégal de Vé-
rité, de Justice et de Valeur». Les affaires
Barthélémy Dias et Khalifa Sall, en tout
cas, pourraient bien marquer le septennat de Macky Sall. Peut-être sont-ils des indices qui révèlent l’origine d’une déchéance prochaine du régime et de la défaveur du Président dans l’opinion. La question n’est pas tranchée mais elle se pose quant à la posture de Barth’ qui tient mordicus à sa situation de «détenu politique». «Je suis déterminé, engagé et prêt à aller au-delà de la privation de ma liberté pour que ce rêve d’un Sénégal pour TOUS, avec TOUS et de TOUS soit une réalité. À ces comploteurs, il vous faudra plus que le mensonge, plus que la prison, plus que l’intimidation, plus que l’intoxication comme stratégie et un peu plus d’ingéniosité et d’intelligence pour me faire vaciller», a t’-il martelé