Abdoulaye Sow »La fédération est prête à recevoir El hadji Diouf mais… »

Entretien avec Abdoulaye Sow 2eme vice président de la fédération

Malgré les bons résultats dont vous faites allusion El Hadj Diouf tire toujours à boulets rouges sur la Fédération et veut organiser une marche…

El Hadj Diouf est dans un pays démocratique, il peut avoir ses options et sa vision, il est libre quand même de donner son avis. Moi, je suis un voltairien. Même si je ne suis pas d’accord avec vous, je serais toujours prêt à vous écouter et je considère qu’El hadji Diouf, au-delà de nos points de vue divergents, est une icône du football sénégalais qu’il faut écouter et qu’il faut respecter. Mais qu’il sache que d’autres peuvent avoir des points de vue différents.
Quel est le problème entre El Hadj Diouf et la Fédération ? Est-ce parce que vous refusez de lui ouvrir vos portes ? Que se passe -t-il exactement ?
Aujourd’hui, il faut savoir que la confiance est placée sur la personne d’Aliou Cissé et il doit travailler avec les hommes qui sont capables de lui apporter quelque chose. Dans tous les pays du monde, c’est comme ça.

Aujourd’hui, Zidane est l’un
des meilleurs joueurs de l’équipe de
France, pourtant Deschamps continu de
travailler sans lui. C’est une option dans
la vie et il faut en tenir compte. A tous
les niveaux, il faut savoir faire un choix.
Quand El Hadji Diouf exprime un point
de vue, nous sommes obligés d’en tenir
compte. Qu’il sache aussi que d’autres
peuvent avoir leur point de vue.

Est-ce que vous êtes prêts à l’écouter?

Absolument. El Hadj Diouf, personnellement, nous avons un bon rapport.
Au-delà de vos bons rapports, est-ce que la Fédération est prête à le recevoir ?

Absolument. Le président Senghor
ne s’est jamais fermé à aucun son de
cloche. Je ne parle pas parce nous sommes ensemble. C’est un homme ouvert à tout le monde, mais dans le respect. Il faut savoir que nous sommes tous des sénégalais et chacun doit du respect à l’autre.

Il n’y a pas que El Hadji Diouf et il  y a une autre génération de footballeurs qui mériterait aussi d’être écoutée. Mbaye Fall, ça fait longtemps qu’on ne l’a pas entendu. Alors qu’il a été un monument du football sénégalais.

Il serait bien à travers l’association des anciens internationaux que dirige Cheikh Seck, qu’ils puissent donner leur vision des choses et aller même plus loin. C’est-à-dire qu’on les sente dans la gestion du football. Ce n’est pas seulement à travers des critiques après une campagne ratée. C’est en amont. Ils doivent proposer des réflexions et voir si ces pistes de réflexions seront prises en considération. Mais jusque là je n’ai pas reçu de proposition concrète venant d’un ancien international

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *